http://contreordreinfirmier.free.fr/Site/index.php Contre Ordre Des Infirmiers (CODI)
Ce site a pour but de créer, soutenir, coordonner, developper les actions contre l'ordre infirmier en France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

salon infirmier
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Contre Ordre Des Infirmiers (CODI) Index du Forum -> Les nouvelles du front de l'ordre -> Suivi National
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Norma Colle
VIP
VIP

Hors ligne

Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 1 798

MessagePosté le: Mar 20 Oct 2009 - 21:00    Sujet du message: salon infirmier Répondre en citant

Argrath le Troll a écrit:
Je suis assez d'accord avec JC. Bien sur cela peut ressembler à une généralisation.
C'est pourquoi Pigeon 38 est en train de faire un travail interessant.[b] Lister les ordinaux aux postes de responsabilité.[/b] Non non cela n'a rien d'un fichage à la Edvige. Mais il est interessant de démontrer (ou d'infirmer d'ailleurs) ce que je crois (et nous sommes plusieurs à le penser):
certains sont des pro du cumulage de fonction.
Je ne le leur reproche pas en soi. Ce qui est interessant c'est comment pouvoir représenter des "soutiers" du soin, et j'inclu Revenge ou même Léo dans ces personnes car, comme le rappelait Revenge, Léo n'est pas autre chose qu'un "soutier", comme je le suis d'ailleurs.
Mais cette capacité qu'on certaines personnes à cumuler de façon indéfinies leurs fonctions en faisant croire qu'ils continuent à représenter intelligemment et efficacement, car connaissant le terrain me semble prodigieusement agaçant.
Personellement j'ai un 20% syndical en étant élu CTE. Je représente ma section au niveau départemental (6/7 réunions par an). Et bien je trouve que cela fait déjà beaucoup. Pour continuer à reprsenter mes collègues j'estime qu'il vaut mieux multiplier les 20% que d'avoir deux 100%.
Certains ont quitté les soins depuis des années et on le vérifie que ce soit avec des formateurs ou des syndiqués sont "out of order".


Poste à responsabilité? Peux-tu préciser? Responsabilité syndicale, responsabilité encadrante??? Je pose la question car j'avais commencé à étudier la liste mission cadre (travail rébarbatif) et comme je ne suis pas sûre que ce soit un travail constructif j'ai plus ou moins lâché le listing. par contre si on pense que celà peut être un plus je m'y remets ....
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 20 Oct 2009 - 21:00    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Argrath le Troll
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2009
Messages: 1 808
Localisation: Aix en Provence
Masculin Lion (24juil-23aoû) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mar 20 Oct 2009 - 21:10    Sujet du message: salon infirmier Répondre en citant

Les membres des bureaux des CDO, les croiser avec ceux des CRO, du CNO avec des quelconques responsabilités et des participations ailleurs. Exemple:
il y a qq temps j'avais repéré T.A. et pointé sur inf.com, ses multiples fonctions: secrétaire général de son syndicat, président du CDO75, idem du CRO, membre du CNO, membre du HCPP, candidat MNH, CNRACL et je me souviens plus quoi d'autres. or son parcours indique qu'il travaille encore.
Comment fait il cela correctement?
[/quote]
_________________
« Je ne veux pas être pressé, fiché, estampillé, marqué, démarqué ou numéroté. »-Le N°6
INFIRMIER EN EXERCICE ILLEGAL DE LA PROFESSION
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yop
Confirmé
Confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2009
Messages: 177
Masculin

MessagePosté le: Mar 20 Oct 2009 - 21:19    Sujet du message: salon infirmier Répondre en citant

Voilà un message interne à l’ONI, Signé de Mme Le Bœuf vers les CROI, et daté de quelques jours.
Il est en intégral (j'ai seulement enlevé quelques sauts le lignes afin de rendre l'article + lisble)
On note donc dans ce mail, notamment la copie d’un article de Hospimédia, ainsi qu’un autre , d’espace infirmiers.com (avec la mention C° !!!). Et pourtant il figure dans cet envoi groupé :
Manque d’imagination rédactive, plagiat, ou est-ce à y comprendre qu’infirmière magazine est « copine » de l’ONI (ou vice-versa) ?.....
Bonne lecture.


> Copie à :
> Objet : L'ONI au Salon Infirmier - Info du 17.10.09
>
> L'ONI AU SALON INFIRMIER
>
>
>
> Bilan général du salon
>
>
>
> Durant ces trois jours, les élus présents sur le salon ont assuré la permanence ont rencontré des centaines d'infirmiers et d'infirmières, distribué plus de 2 000 plaquettes de présentation de l'ONI et remis près de 300 dossiers d'inscription. Je remercie plus particulièrement Isabelle BERAUD-CHOLLET, Sophie BOURNEL, Christine GARRIC, Myriam PETIT, Carmen BLASCO, Jeannette SENECAL, Doris ORLUT, Michèle FLAMENT, Danielle BARON, Kine VEYER, Cathy ERISSY, Dominique MUREAU, David VASSEUR, Christophe BODIN, Christophe ROMAN, Thierry AMOUROUX, Jean-Jacques SCHARFF, Grégory VIGNIER, Patrick CHAMBOREDON,
>
> en espérant n'oublier personne.
>
>
> La journée du mercredi 14 octobre 2009
>
> Attaque du stand de l'ONI, les faits
>
> L'Intersyndicale (CGT, CFDT, CFTC, FO, SNIC FSU, SUD SANTE, FO et UNSA) avait appelé les infirmiers a manifester mécontentement sur la création d'une institution ordinale pour la profession devant le stand de l'Ordre.
>
> Vers 10h, une centaine de manifestants (350 personnes selon SUD) ont tout d'abord brûlé des dossiers à l'extérieur du salon. Il sont ensuite entrés et sont arrivés devant notre stand, banderoles à la main. Une personne handicapée en fauteuil roulant a tout d'abord versé sa poche d'urine sur le stand, éclaboussant les personnes présentes, pendant que d'autres écrasaient des boules puantes. Des manifestants ont attaqué physiquement le stand, arrachant les visuels, déchirant les plaquettes ordinales, collant des tracts anti-ordre, en criant leur désaccord.
>
> Le personnel de sécurité a rapidement entouré le stand pour protéger les élus présents, le personnel de l'ONI et le matériel. Le commissaire du 15ème arrondissement de Paris est venu calmer la situation et les a fait sortir du salon. A 14h, la moquette du stand était changée et le calme revenu, les personnes présentes sur le stand ont continué à informer les infirmières et les infirmiers sur le rôle et des missions de leur ordre.
>
> Des rumeurs annonçaient une autre manifestation dans l'après-midi et une troisième le lendemain. Rien n'a eu lieu. Le salon a continué à se dérouler, comme il avait commencé, dans l'information, l'argumentation, la représentation et la pédagogie.
>
>
> HOSPIMEDIA : Des infirmiers en colère
>
>
> Les changements professionnels ne se passent pas toujours en douceur. Pour preuve, diverses manifestations ont rythmé la 22ème édition du salon infirmier. La coordination nationale infirmière a ouvert le bal en interrompant par des sifflets et des cris le discours inaugural de Roselyne Bachelot. Elle voulait ainsi dénoncer le manque de dialogue dans les négociations salariales qui viennent de débuter et qui devraient se clore en décembre. "Une fois de plus, les promesses électorales ne sont pas confirmées par des actes : la revalorisation des infirmiers n'est plus d'actualité", rappelle la CNI dans un communiqué.
>
>
>
> La question de la cotisation et de l'inscription à l'ordre infirmier a également été soulevée par une intersyndicale regroupant la CGT, la CFDT, la CFTC, FO, le SNICS FSU, Sud Santé et l'UNSA qui avait appelé les infirmiers à manifester leur désaccord au salon. Mais les organisateurs semblent avoir été dépassés. Les manifestants ont dérapé et attaqué physiquement le stand du Conseil national de l'ordre infirmier, rapporte à Hospimedia, Thierry Amouroux, président du conseil départemental de l'ordre infirmier de Paris. "L'intersyndicale n'a jamais appelé à un tel débordement et je le condamne. Il s'agit de l'expression extrême du mécontentement de la profession", a déclaré Sylvie Breuil, secrétaire générale de l'UFMICT CGT, à Hospimedia.
>
> L.W.
>
>
>
> ESPACE INFIRMIER (infirmière magazine) :
>
> Ordre, loi «Bachelot». la contestation s'invite au Salon
>
> http://www.espaceinfirmier.com/actualites/detail/17332-publication-49/ordre…
>
>
> Publié le 14/10/2009
>
> Ordre, loi «Bachelot». la contestation s'invite au Salon
> A l'appel de l'intersyndicale anti-ordre, plus d'une centaine de militants a manifesté dans les allées du Salon infirmier, à Paris, et pris d'assaut le stand de l'instance ordinale. A lire également, le discours de Roselyne Bachelot, tenu la veille sous une bronca.
>
> « Ordre infirmier, racket organisé »,« Même gratuit, on n'en veut pas », « Non, non, non, payer pour travailler ! ». Les slogans du mouvement contre l'ordre infirmier, ravivé depuis l'appel à cotisation lancé par l'instance fin août, étaient déjà installés dans le paysage militant. Mais le tour spectaculaire pris par l'action menée ce 14 octobre au Salon infirmier de Paris (1) a surpris bien des observateurs.
>
> Sur le modèle des manifestations qui ont essaimé à travers la France ces dernières semaines (notamment le 30 septembre, « dans une cinquantaine de villes », chiffre un militant de Sud-Santé) le rassemblement a commencé à 10 heures, face à l'entrée du salon. La distribution de tracts s'est accompagnée d'un rituel de destruction de dossiers d'inscription, à la main et par le feu, dans une corbeille transformée en mini-brasero (voir les photos ici).
>
> Plus d'une centaine de militants (2) étaient présents, venus de la région parisienne, mais aussi d'Alès, Caen, Clermont-Ferrand, Lille, Rennes, Tours. à l'appel de l'intersyndicale anti-ordre, composée de la CFTC, la CFDT, FO, le Snics-FSU, Sud, l'Unsa et la CGT. Organisations qui contestent non seulement le montant de la cotisation demandée par l'ordre (75 euros), mais aussi l'existence de l'ordre par elle-même.
>
> Poche d'urine et boules puantes
>
> Ces préambules posés, la délégation force rapidement l'entrée du salon, et se dirige à travers les allées vers le stand de l'Ordre national infirmier, aussitôt encerclé. Tandis que les représentants de l'ONI sont pris à partie sous les cris de la foule, une personne handicapée s'approche en fauteuil roulant et vide sa poche d'urine sur la moquette du stand.
>
> Les manifestants commencent à démonter le comptoir d'accueil et arracher les affiches tapissant le stand, tandis que sont lancées des boules puantes et des ampoules de Bevitine®. « L'ordre, ça pue ! », entonne à propos la délégation, composée en majorité de militants CGT et Sud-Santé.
>
> On entendra également des slogans très peu amènes envers l'instance, tels que « Les ordres, enfants de Pétain » (référence à la création de l'ordre des médecins en 1940), et même ad hominem, à l'intention de la présidente de l'ONI ([Dominique] « Le Bouf, si tu savais, ton ordre où on s'le met », etc.).
>
> Après un long face-à-face, le siège est levé. La délégation prend le chemin du forum central, transformé en tribune en lieu et place des interventions prévues. « Je ne veux pas rentrer dans les ordres, je ne suis pas une nonne », clame au micro Monique Sabran, militante CGT d'Alès. « L'ordre est un organisme privé », fustige à son tour Martine Hedreul-Vittet, de la CFTC de l'AP-HP, qui estime que le Haut Conseil des professions paramédicales est plus légitime que l'ONI pour représenter les infirmières.
>
> « Nous avons un alien, un parasite qui vient se greffer sur la profession », attaque Pascal Dias, de Sud santé-sociaux (EPS de Ville-Evrard, 93), qui estime que « l'ordre marche main dans la main avec madame Bachelot » et qu'il « n'a pas à s'imposer à la profession entière ». « L'ordre va encore ajouter un niveau de sanction », renchérit un militant de la CFDT, suivi par un représentant du nouveau syndicat de masseurs-kinésithérapeutes Alizé (http://www.alize-kine.fr). « J'espère qu'ensemble on fera basculer l'édifice » des ordres professionnels paramédicaux, lance ce dernier, voyant dans l'importance en nombre de la profession infirmière un facteur déterminant.
>
> Le cortège s'est finalement dispersé après deux heures de manifestation et un dernier passage devant le stand de l'ordre.
>
> Discussion difficile.
>
> Depuis 1988, le Salon infirmier donne régulièrement lieu à l'expression des revendications infirmières (qu'elle soient portées ou non par les syndicats). Mais pour cette vingt-deuxième édition, la contestation a pris une ampleur assez inédite. « Sur le salon, ça n'avait pas eu jusque-là un caractère aussi fort, pêchu et radical », assure Pascal Dias (Sud), ancien animateur du mouvement infirmier de 1988.
>
> Du côté de l'Ordre national infirmier, une fois le stand refait à neuf, le ton est nettement moins enthousiaste. Virginie Lanlo, la directrice de la communication de l'ONI, trouve le procédé « très irrespectueux ». « On savait qu'un appel au boycott était lancé et qu'une action aurait lieu au Salon infirmier, mais on n'imaginait pas que cela irait jusqu'à un jet de poche d'urine, des boules puantes et des tentatives de casser le stand. Cela préfigure mal d'une discussion possible avec les syndicats présents », pointe-t-elle.
>
> Elle rappelle que l'ordre entend bien « être une voix auprès des pouvoirs publics, sur des questions telles que le référentiel de formation, la vaccination contre la grippe A(H1N1), ou encore les pratiques avancées ». Et que si les syndicats et l'ordre ont des missions distinctes, les uns et les autres sont « très complémentaires ».
>
> -----------------------------------------------------------------------
>
> Cornes de brume sur le discours de Roselyne Bachelot
>
> Mardi 13 octobre, le discours de Roselyne Bachelot, en visite au Salon infirmier, a été largement couvert par une bronca (cris, sifflets et cornes de brume) lancée par un groupe de militants de la Coordination nationale infirmière (la CNI, qui ne fait pas partie de l'intersyndicale anti-ordre). « Jamais entendues ! Quel effet ça fait, Madame Bachelot ? », était inscrit sur leur banderole.
>
> La ministre, de son côté, a poursuivi imperturbablement son discours. Parmi les thèmes abordés: la réforme de la formation initiale, la coopération entre les professions de santé, la recherche infirmière, le rapport De Singly sur la revalorisation du statut des cadres, ou encore le recours aux infirmières pour la vaccination contre la grippe A(H1N1).
>
>
>
> © EspaceInfirmier.com - Tous droits réservés
>

>
> Dominique LE BOUF
>
> Présidente
>
> Conseil National de l'Ordre des infirmiers
>
> 63, rue Ste Anne
>
> 75002 PARIS
>
>
>
> Tél : 01 49 26 08 15
Revenir en haut
Argrath le Troll
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2009
Messages: 1 808
Localisation: Aix en Provence
Masculin Lion (24juil-23aoû) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mar 20 Oct 2009 - 21:26    Sujet du message: salon infirmier Répondre en citant

Le stand n'a donc pas été démonté. Quand à la personne handicapée, franchement je ne sais pas qui c'est.
_________________
« Je ne veux pas être pressé, fiché, estampillé, marqué, démarqué ou numéroté. »-Le N°6
INFIRMIER EN EXERCICE ILLEGAL DE LA PROFESSION
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:38    Sujet du message: salon infirmier

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Contre Ordre Des Infirmiers (CODI) Index du Forum -> Les nouvelles du front de l'ordre -> Suivi National Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Page 7 sur 7

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template